Dommages collatéraux sur les enfants et adolescents durant la Covid-19.

  • Dr Julien DÉÇU DE SON ORDRE PROFESSIONNEL.
    Entrevue avec le Dr Gilles Julien, RadioX, 15 juin 2021

    Entrevue avec le Dr Gilles Julien concernant la santé mentale des enfants en sortie de pandémie.

    « Nous on a vu exploser en fait les cas de santé mentale dans nos cliniques [...] et on s'est équipé pour y faire face. [... ] Il y a plein de problème lié à l'anxiété sévère. Ça ça été la majeure, les détresse psychologiques. Les bases d'enfants fragiles. Tsé les enfants qui ont des troubles de, qui ont des problèmes d'attachement, insécures, qui ont été traumatisé de différentes façons. Ceux-là sont extrêmement vulnérable pis ils réussissent à se sortir la tête de l'eau mais je veux dire quand il arrive des évènements comme des pandémies ben là il calent.» dit le Dr. Julien.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • Les jeunes et le COVID-19: impacts sur les emplois, l’éducation, les droits et le bien-être mental
    Rapport d'enquête mondiale 2020

    Le COVID-19 perturbe l’éducation de plus de 70 pour cent des jeunes

    L’Organisation internationale du Travail estime que les effets disproportionnés de la pandémie sur les jeunes ont exacerbé les inégalités et risquent d’affaiblir le potentiel productif de toute une génération.

    «La pandémie inflige de multiples chocs aux jeunes. Non seulement elle détruit leurs emplois et leurs perspectives d’emploi, mais elle compromet aussi leur éducation et leur formation et, au final, a de graves répercussions sur leur bien-être mental. Face à cette situation, nous ne pouvons pas rester inactifs», prévient Guy Ryder, Directeur général de l’OIT.

    Consultez l'enquête complète avec les statistiques d'impacts en cliquant ici.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • COVID-19: des jeunes en détresse et des parents à bout de ressources
    Article du journal de Montréal publié le 9 février 2021

    Selon une récente étude de l’Université Sherbrooke, près d’un jeune de 12 à 25 ans sur deux (48%) en Mauricie au Centre-du-Québec rapporte actuellement des symptômes compatibles avec un trouble d’anxiété généralisée ou une dépression majeure.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • Au cours de cette période difficile, les gens peuvent recourir aux substances pour faire face à la situation
    Article sur Jeunesse sans drogue.

    « La COVID-19 risque moins de provoquer de graves symptômes chez les jeunes que chez les adultes, mais si elle est combinée à l’utilisation de substances contenues dans les produits du vapotage ou du tabac ou dans le cannabis, elle peut représenter un grave danger pour la santé. » Docteurs Nicholas Chadi et Richard Bélanger.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • L’IMPACT DE LA COVID-19 : Le bien-être des jeunes au Canada
    Edward Ng, Ph. D., et Nadine Badets, 27 août 2020

    Sans école, sans activités parascolaires, sans autres occasions de voir leurs pairs, les jeunes perdent un temps précieux pour socialiser avec leurs amis, leurs camarades de classe, leurs enseignants, leurs entraîneurs et d’autres professionnels, alors que toutes ces relations pourraient être fondamentales pour leur parcours scolaire et le développement de leur personnalité. Bien que les médias sociaux, les textos, les appels téléphoniques et autres technologies de communication ont certainement permis d’atténuer quelque peu ce manque de contacts, la santé mentale des jeunes au Canada a été grandement affectée pendant la pandémie.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • COVID-19: les enfants ne vont pas bien
    Article de Radio-Canada publié le 1 septembre 2020

    Parmi les indicateurs les plus alarmants, le suicide est devenu la cause principale de mort chez les 10-14 ans, signe d’une détérioration de la santé mentale.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • COVID-19: un Canadien sur 10 a pensé au suicide
    Article du journal de Montréal publié le 5 décembre 2020

    Un peu moins du tiers des Québécois reconnaissent que la pandémie a plombé leur santé mentale, alors qu’en Ontario, ils sont 44% à partager ce sentiment.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • Prévention du suicide: l’autre courbe à aplanir
    Article du journal Le Soleil publié le 19 juillet 2020

    L’isolement, le manque de soutien, l’intimidation, le manque d’accès à des ressources adéquates et l’insécurité économique sont tous des facteurs fortement associés au suicide. La pandémie de COVID-19 exacerbe certains de ces facteurs et pourrait amener à moyen terme une augmentation des comportements suicidaires dans la population.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • Hausse de la détresse chez les enfants
    Article du journal La Presse publié le 22 avril 2020

    La firme CROP, qui a réalisé le sondage pour cette fondation, a sondé les effets de la COVID-19 sur la santé mentale des Québécois.

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • La détresse des confinés, victimes collatérales de la pandémie
    Article de Radio-Canada publié le 28 janvier 2021

    Les patients de Catherine Boucher ont moins de 18 ans, ce sont des enfants et des adolescents. Au cours des dernières semaines, la pédopsychiatre a observé une explosion des admissions. L’unité opère à 350 % de sa capacité cette semaine et la semaine dernière c’était à 400 %, raconte la Dre Boucher, du jamais-vu depuis son arrivée à l’hôpital en 2003.

    « Ils sont tellement pas bien qu'ils ne sont plus capables de fonctionner, soit qu'ils ont des idées morbides ou des périodes de désespoir et de découragement.» Une citation de : Dre Catherine Boucher

    Accédez à l'information en cliquant ici.

  • Nos enfants en détresse : «on ne sait plus trop comment les aider»
    Article de TVA publié le 18 janvier 2021

    «Il y a beaucoup d’enfants qui viennent nous voir pour des problèmes de santé mentale. Il y en avait déjà beaucoup, mais depuis la pandémie, le nombre a augmenté. Les enfants sont en détresse et leur famille aussi.» C’est le constat implacable que fait la pédiatre d’expérience France De Villers. Dans son bureau, les cas en santé mentale ont explosé récemment.

    Accédez à l'information en cliquant ici.